Astronomie et télescopes

Princeton Infrared Technologies, Inc. fabrique ses caméras infrarouges à ondes courtes (SWIR) à partir de l’InGaAS avec des paramètres de mailles identiques, ce sont ainsi les détecteurs les plus pratiques et les plus sensibles disponibles pour voir à travers les fenêtres de transmission atmosphériques connues sous le nom de bandes J et H. Ces bandes sont centrées sur des longueurs d’ondes de 1 220 et 1 630 nm (1,22 & 1,63 µm) respectivement. Nos photodiodes InGaAs utilisent un cache fin et des revêtements antireflets pour capturer toute l’étendue de longueur d’onde de 400 à 1 680 nm. On utilise ainsi un capteur et un chemin optique pour capturer les longueurs d’ondes visible, NIR et SWIR. L’imagerie dans les bandes R et I en astronomie a également une mission de télescope. Un chemin optique est essentiel pour co-enregistrer avec précision les propriétés et chimies des planètes, étoiles, nébuleuses et galaxies dans les cieux.

L’imagerie dans le ciel dans les bandes NIR-SWIR est importante en raison de la diffusion réduite et de l’absorption moléculaire. La diffusion réduite à des longueurs d’ondes plus grandes pénètre les matières opaques comme la turbulence atmosphérique et la poussière spatiale, ce qui permet de voir plus en profondeur dans l’univers. Les molécules et leurs mouvements produisent de fortes absorbances dans les longueurs d’ondes SWIR, qui se produisent lorsque les énergies des photons correspondent aux fréquences de vibrations naturelles des molécules. Cela crée des signatures spectrales identifiables. Bien que les vibrations moléculaires fondamentales soient également détectées avec les caméras MWIR ou LWIR, il est plus facile et beaucoup moins onéreux d’utiliser des imageurs NIR-SWIR.

La caméra 1280SciCam mégapixel de Princeton Infrared Technologies, Inc. offre aux astronomes la sensibilité et même la réponse en longueur d’onde et la linéarité dont ils ont besoin pour découvrir les plus grands secrets de l’univers tout en étant beaucoup moins chère que les matrices HgCdTe typiques. Sa grande plage dynamique intra-scénique est idéale pour discerner les petites variations d’absorbance pendant la recherche de présence d’eau sur les systèmes solaires distants ou lors de l’analyse de la composition gazeuse des exoplanètes. Le capteur refroidi peut capturer les sources de lumière les plus faibles avec un temps d’intégration de max. 2 minutes si nécessaire, sans introduire de vibrations qui pourraient flouter les images car il est refroidi avec des refroidisseurs thermoélectriques versus des cryo-refroidisseurs mécaniques. Pour les télescopes de plus petite taille, pour lesquels des temps d’intégration longs ne sont pas requis, la caméra MVCam de Princston Infrared Technologies, Inc. est légère et complètement exempte de vibrations, tout en fournissant une grande plage dynamique et une linéarité fiable.

Shutterstock 121254487